STAGE

Écrire à partir de ses émotions

23avr.- 27avr.
PRIX
  • Prix : 200 €*
  • Paiement en 2 fois : 100 €
COURS
5 séances de 2h
Participants max : 15
PROGRAMME
  • Lundi23 avr.18h00 - 20h00
  • Mardi24 avr.18h00 - 20h00
  • Mercredi25 avr.18h00 - 20h00
  • Jeudi26 avr.18h00 - 20h00
  • Vendredi27 avr.18h00 - 20h00
* 10 % de réduction pour les étudiants et les personnes au chômage.

PRÉSENTATION

Et voilà donc que les larmes coulent, je ne m’y attendais pas, l’émotion me prend par surprise. Je lis « Réparer les vivants » de Maylis de Kerangal, « D’autres vies que la mienne » d’Emmanuel Carrère, et suis une toute petite chose, en pleurs, sur mon canapé. Dans le métro, je lis « Vous plaisantez Monsieur Tanner ? » de Jean-Paul Dubois et suis soudain secouée de rire. Et quand j’ouvre « Le Dahlia noir » de James Ellroy, c’est une angoisse infinie qui m’étreint. Impossible de mettre à distance mes émotions.

Quelle situation romanesque, quels mots peuvent bien me plonger dans cet état ? À quels événements intimes ces histoires font-elles écho ?

Quand j’écris mes romans, c’est cette émotion particulière que je cherche à provoquer chez le lecteur. Rien de manipulateur ! Juste le désir qu’il se passe quelque chose entre les lignes, l’ambition que ma langue soit tressée d’émotions. Les personnages deviennent vivants, réels, palpables quand ils ressentent et font ressentir la joie, la colère, la tristesse, l’amour, toute une palette de sentiments et de sensations… Comment trouver les mots pour dire les maux de l’âme ? Avec quelle petite musique peut-on faire vibrer le lecteur ?

Faire pleurer, faire rire : je vous propose, durant ce stage de cinq soirées, de repérer vos émotions, de vous les approprier par le biais du langage et d’apprendre à en « faire quelque chose », un discours pour le mariage d’un ami, un texte autobiographique ou une nouvelle de pure fiction. Il s’agira, ensemble, de trouver « les mots pour le dire », comme le propose le beau titre du livre de Marie Cardinale.

8 participants minimum / 15 participants maximum

L’écrivain-enseignant :

Olivia Elkaim

Olivia Elkaim a publié plusieurs nouvelles, deux pièces de théâtre et cinq romans : Les Graffitis de Chambord (Grasset, 2008, prix Montalembert), Les Oiseaux noirs de Massada (Grasset, 2011), Un convoi pour Juan-les-Pins (Moteur, 2011), Nous étions une histoire (Stock, 2014) et Je suis Jeanne Hébuterne (Stock, 2017).

Passionnée par la psychanalyse, elle a dirigé l’ouvrage collectif « Sur le divan » (Stilus, 2017) qui proposait de mettre en lumière les échos entre fictions romanesque et psychanalytique.

Elle est aussi journaliste au magazine La Vie.