Nous suivre

Explorer le roman, noir ou pas !

Du 03 mai - 26 juil. 2018

De 18h30 à 20h30

À l'école ou en visio

Forfait 10 séances à 380 € (payable en 3 fois à 126 €)

15 participants au maximum*

Pendant quatre ans, j’ai dirigé un stage annuel à l’École de Journalisme de Lille qui proposait à des journalistes en place de s’initier à l’écriture du roman noir “à l’américaine“ en utilisant l’écriture journalistique dans ce qu’elle a de meilleur et de plus efficace : brièveté, précision, choix d’un angle, etc. Au bout de ces quatre ans, deux de ces stagiaires m’avaient écrit chacun un roman que j’ai pu publier dans la Série Noire. J’ai ensuite, et pendant quatre ans de suite, donné un cours d’écriture à Science Po en première et deuxième année intitulé “Raconter le monde“. C’était, bien sûr, un atelier d’écriture où j’ai enseigné à la fois l’art de l’écriture et l’art du roman. À la fin de l’année, chaque étudiant devait me remettre une nouvelle de 30 000 signes. À chaque session, j’ai été surpris par l’incroyable qualité de certains textes. En recherchant de nouvelles méthodes d’enseignement, j’ai fini par me souvenir de mon amour pour le peintre Edward Hopper et par constater que chacune de ses toiles se lisait comme un mouvement vers quelque part ou comme l’aboutissement d’un mouvement antérieur. On m’objectera que c’est le cas de toute peinture mettant en scène des personnages, mais il y a chez Hopper une volonté de prendre un mouvement, une attitude, au vol, et de nous obliger à réfléchir sur la suite, comme si l’image n’était qu’une incitation à nous projeter dans la fiction. En choisissant trois ou quatre toiles, on peut même faire raconter toute l’histoire d’un personnage (on commence avec l’ouvreuse, puis la femme nue à sa fenêtre, ensuite Nighthawk et on termine avec une femme seule dans un compartiment de chemin de fer). Et ça marche, et j’ai souvent pu constater combien Hopper stimule l’imagination des stagiaires et permet à l’enseignant de parler du roman dans toute sa complexité : art de l’ellipse et du dialogue, par exemple.

Patrick Raynal

Par Patrick Raynal

Écrivain

1 participants minimum / 15 participants maximum*

*L'atelier est assuré pour autant que ce minimum soit atteint. À défaut, vous seriez prévenu(e) une semaine avant la première séance.

Calendrier des séances

Vous pouvez participer à chaque séance soit sur place, à l'école (au 4 rue Dante à Paris), soit en visio. À chacun son rythme !

Jeudi 03 mai

18h30 - 20h30

Jeudi 17 mai

18h30 - 20h30

Jeudi 24 mai

18h30 - 20h30

Jeudi 31 mai

18h30 - 20h30

Jeudi 07 juin

18h30 - 20h30

Jeudi 14 juin

18h30 - 20h30

Jeudi 21 juin

18h30 - 20h30

Jeudi 28 juin

18h30 - 20h30

Jeudi 05 juil.

18h30 - 20h30

Jeudi 26 juil.

18h30 - 20h30

Besoin d’aide pour trouver l’atelier idéal ?

Lire nos conseils