ATELIER

Écrire pour… se lâcher !

15mai- 03juil.
PRIX
  • Forfait 8 séances : 380 € *
  • Paiement en 3 fois : 126 €
COURS
8 séances de 2h30
Participants max : 15
PROGRAMME
  • Mardi18h15 - 20h45
* 10 % de réduction pour les étudiants et les personnes au chômage.

PRÉSENTATION

Quand j’écris, je guette l’instant sublime où la drogue agit. L’instant où l’écriture envahit le corps et le rend prêt à tout.

Depuis plusieurs années j’anime des ateliers auprès de lycéens, de détenus en maison d’arrêt et de vacanciers aux pieds nus. Quand l’écriture peine à sortir d’eux, je remarque que ce n’est pas parce que quelque chose manque. Non, l’imagination et la sensibilité ne leur font jamais défaut. Quand ils butent sur l’écriture, c’est que quelque chose est en trop. Et ce trop, c’est le pantin que chacun d’entre nous serre dans ses bras, qui pèse lourd, qui intimide, qui juge, qui ricane, en un mot, qui fait de l’ombre à l’écriture.  

Le projet de notre atelier est de lâcher ce pantin, de s’en débarrasser, afin que l’écriture coule dans nos veines. Pour gagner cet état second si libre et si fécond, nous explorerons – sous forme autobiographique et de fiction - les situations où la lucidité perd pied : le corps qui danse jusqu’au délice d’étourdissement, une délirante poussée de fièvre en pleine grippe, l’envoûtement amoureux, l’exaltation d’un violent effort physique en haute montagne, l’extase de la jouissance sexuelle, les distorsions du réel dans les paradis artificiels...  

Question qui vous brûle les lèvres : Faut-il avoir déjà gravi l’Everest pour participer à cet atelier ? Réponse : Non. Il suffit que celle ou celui qui en pousse la porte désire se lâcher, s’abandonner, et se jeter aux mots comme on se jette à l’eau !

L’écrivain-enseignant :

Émilie De Turckheim

Née en 1980, Emilie de Turckheim est l’auteur de neuf romans et de livres pour enfants. Elle a reçu le prix de la Vocation pour Chute Libre (éd. du Rocher, 2008), le Prix Roger Nimier pour La Disparition du nombril (éd. Héloïse d’Ormesson, 2015) Passionnée par le thème du corps qui a toujours une place centrale dans ses textes, elle est modèle vivant dans des écoles d’art et relate cette expérience dans La femme à modeler (éd. Naïve, 2012). Elle anime des ateliers d’écriture, notamment en milieu pénitentiaire et scolaire.