Nous suivre

« Les Mots publiés », ils sont passés par l’école et publient !

Comme vous, ils sont passés chez Les Mots pour suivre des ateliers d'écriture avec nos écrivains. Aujourd’hui leurs projets ont vu le jour et ils sont publiés ! 

 

Découvrez-les !

 

Le matin est un tigre, de Constance Joly, Flammarion, 2019.

Dans une langue merveilleusement poétique et imagée, Constance Joly met en scène l’histoire de ce que l’on transmet, malgré nous, à nos enfants. Le matin est un tigre parce que, certains jours, la vie est un combat et qu’il faut bien arriver à s’en débrouiller.

 

De la même autrice : Over the rainbow, 2021. 

Récompensé par le Prix Orange 2021, Over the Rainbow est le roman d’un amour lointain mais toujours fiévreux, l’amour d’une fille grandie qui saisit de quel bois elle est faite : du bois de la liberté, celui d’être soi contre vents et marées.

« Ce livre c’est une lettre, une déclaration, un cri d’amour d’une enfant à son père.» -  France Inter

 

L’Ombre de ma mère, de Claudine Londre, Seuil, 2020.

Une femme se trouve aux prises avec l’ombre de sa mère disparue, qui la poursuit dans ses moindres faits et gestes, de jour comme de nuit, formant ainsi un double obscur. 

Claudine et Les Mots : Après avoir suivi un atelier au long cours, elle a été finaliste de La Rencontre Les Mots, et a animé un tandem littéraire aux côtés de l’autrice Chloé Delaume.

 

Re : Contes, de Melie Boltz Nasr, auto-édité, 2020.

Un recueil de nouvelles inspirées des contes de notre enfance. Mais ici, les princesses ne sont ni pâles, ni passives, ni prêtes-à-sauver. Parfois, elles sont cruelles, les princes démunis, les enfants désespérés. Et quand l’amour triomphe, il n’est pas là où on l’attend.

 

Les Orageuses, de Marcia Burnier, Cambourakis, 2020.

Un premier roman qui dépeint un gang de filles décidant un jour de reprendre comme elles peuvent le contrôle de leur vie.

 

Mon mari, de Maud Ventura, L’iconoclaste, 2022.

On rit, on s’effraie, on se projette et l’on ne sait sur quoi va déboucher ce face-à-face conjugal tant la tension monte à chaque page. Un premier roman extrêmement original et dérangeant.

Découvrez son interview Brut.

 

Neige de mai, de Paul Renier, Sur le Fil, 2019.

Un soir, Adrien rencontre Estelle, qui disparaît peu après. Il n’aura alors de cesse de la chercher, d’apprendre à l’aimer et de la retrouver. Comment dire la parole empêchée ? La stupeur devant le bonheur éblouissant ou l’effondrement ?

 

Une semaine sur deux (ou presque), de Sabrina Marchese, Albin Michel, 2018.

Un roman drôle et très contemporain qui raconte au jour le jour l’enfer d’une trentenaire (amoureuse et enceinte) qui doit composer avec une famille… recomposée.

 

La petite conformiste, de Ingrid Seyman, Philippe Rey, 2019.

Un roman haletant, où la langue fait office de mitraillette. Il interroge notre rapport à la normalité et règle définitivement son sort aux amours qui font mal. C’est à la fois drôle et grave. Absurde et bouleversant.

 

Le club des érudits hallucinés, de Marie-Lucie Bougon, Chat Noir, 2019.

Eugénia part en quête des secrets de sa conception, car une question obsessionnelle occupe son esprit : une machine peut-elle posséder une âme ?

 

Va vers ta peur, de Caroline de Surany, Marabout, 2019.

Caroline témoigne sur sa crise de carrière, le changement de vie qui a suivi, sa quête de sens. Elle livre son itinéraire qui passe par le dépaysement avec un voyage en Inde où elle expérimente le bonheur de se satisfaire de peu, de s'écouter, de sortir de sa zone de confort, de faire confiance à la vie, de faire le vide pour finalement se trouver.

 

La dernière maille, de Patricia Hespel, Genèse, 2020

Entre passé et présent, entre rédemption et acceptation, une quête de soi menée comme un suspense qui se déroule et emporte le lecteur jusqu’à la dernière maille.

De la même autrice : 

Nos âmes soeurs, 2021.

Un roman initiatique à deux voix où se mêlent surnaturel et fiction historique. Une quête et une enquête par-delà le temps et l'espace: deux femmes unies par le destin à des siècles de de distance.

La fille derrière la porte, 2018.

Récompensé par le Prix du suspense psychologique.

 

Les fluides, de Alice Moine, Belfond, 2020.

Dans ce troisième roman, Alice Moine décrit avec subtilité les répercussions dans la vie d’une jeune mère d’une agression passée sous silence. Plongée cathartique, Les Fluides raconte la blessure des corps, la puissance de l'amour et l'espoir d'une renaissance.

 

Hâte-toi de bien vivre, de Valérie De Larauze, Mediaspaul, 2018.

Dans le smartphone de Laurène, ses parents ont retrouvé cette jolie phrase de Sénèque : « Hâte-toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie. » Une citation qui résonne un peu comme le testament de vie que la jeune fille, emportée à 23 ans par la maladie, a souhaité laisser à celles et ceux qu'elle aime.


Vertidog, de Léonie De Rudder, Robert Laffont, 2022.

San Francisco. Un jeune Français, désabusé par la Silicon Valley, se fait larguer.

En cette morne journée, il se lance dans sa tournée de dog-walker, attaché aux toutous dont il a la garde, et erre au gré des notifications frénétiques de son smartphone fêlé.

Fasciné par une chienne dépressive aux airs de blonde hitchcockienne, il lui crée un compte, @Vertidog

Écoutez la chronique de Clara Dupont-Monod sur France Inter.

 

Nos voies de résiliences, de Flora Clodic-Tanguy, Massot, 2021.

Face aux défis écologiques, aux instabilités politiques, aux troubles de notre époque qui se conjuguent, quel sens donner à sa vie ? Ces questionnements poussent l’autrice à enquêter et part à la rencontre de personnalités atypiques qui s’engagent aujourd’hui pour créer en conscience le monde de demain, plus égalitaire et plus écologique.

 

En finir avec l’amour, de Sevy Neige, Frison-Roche Belles Lettres, 2021.

Librement inspiré des mythes de Frankenstein et de Cyrano, ce roman entraîne l’écrivaine belge dans une aventure captivante, entre muscade hallucinogène, haïkus japonais et mythologie grecque. Amélie est fascinante dans cet univers digne de la fantaisie nothombienne, qui séduira autant ses admirateurs que ses détracteurs, et même ceux qui la découvrent.

 

Jour bleu, de Aurélia Ringard, Frison-Roche Belles Lettres, 2021.

Dans ce premier roman, Aurélia Ringard décrit avec minutie une poignée d’heures de la vie d’une femme, dans un huis clos magistral, époustouflant de maîtrise et de mélancolie.

 

La fille à ma place, de Catherine Le Goff, Favre, 2020.

Jalousie, peur de l’abandon, multiple personnalité et manipulation d’identité, tels sont les thèmes de ce roman à suspense et émotions, qui nous sensibilise à nos possibles passages à l’acte. Identifier nos failles et tomber les masques demande du courage. Mais cela nous rend aussi plus humains et sereins.

De la même autrice : La robe : une odysée, 2021

De fil en aiguille, une robe de soirée de grande qualité traverse les époques et devient le témoin d’événements qui ont marqué l’Histoire.

 

Raymonde, de Audrey Poux, Fallois, 2019.

A travers le parcours familial et professionnel de Chloé (qui aurait tout pour plaire si ce n'était son deuxième prénom, Raymonde), Audrey Poux décrit de façon drôle et grinçante le monde de la mode et dresse avec beaucoup d'humour des portraits féminins sans concession de "perverses narcissiques".

 

Les Monstres, de Charles Roux, Rivages, 2021.

Dans ce premier roman plein d'audace, conçu comme un cabinet de curiosités littéraires, Charles Roux explore, à travers un jeu subtil de métaphores et de travestissements, le fascinant mystère de l'identité.

 

La fille que ma mère imaginait, de Isabelle Boissard, Les Avrils, 2021.

Dans son journal intime, la narratrice consigne son quotidien confortable et futile d’expatriée, quand sa mère a un accident. Alors contrainte de rentrer en France, elle y raconte leurs origines modestes, le décès de son père lorsqu’elle était enfant, le décalage entre deux milieux. Et tire à bout portant sur la sentence : « Si on veut, on peut. ».

 

Où sont passés les papillons, de Gilles Paquelier, Éditions Maïa, 2019.

Le poète nous offre une balade en forêt de nostalgie, où l’amitié, l’amour, les bonheurs chauds et fragiles naissent en cocons dès l’enfance et papillonnent dans la mémoire, la réchauffant de belles histoires.

 

Les Fleurs de l’âge, de Josiane Asmane, Flammarion, 2021.

Cet essai met en lumière les femmes qui se réinventent à tous les âges de la vie. Une enquête drôle et bienveillante, qui pulvérise nos idées reçues et nous donne envie d’agir… sans attendre la fleur de l’âge !

 

Courir encore, de Olivier Vojetta, Éditions Maïa, 

C’est le voyage d’un homme qui vient de perdre son fils et qui s’enfonce dans son monde intérieur au fur et à mesure qu’il se rapproche de sa destination finale, du début de sa nouvelle vie, la ligne de départ du marathon. Poème en prose sur le deuil impossible et la mélancolie.

Du même auteur : Sept endroits où disparaître, Chloé des Lys éditions, 2022

"Le point commun le plus évident aux nouvelles réunies ici est qu’elles m’ont permis de me soustraire au monde, et à moi-même. Certaines ont été publiées, dans divers recueils collectifs, puis sont devenues introuvables. Conformément à ce que je viens de dire, j’espère qu’elles pourront servir à d’autres que moi. Qui, en effet, n’a jamais eu envie de disparaître au moins une fois dans sa vie ? Disparaître par une trappe qui soudain s’ouvrirait sous les pieds du fauteuil. Pof ! Un trou, une oubliette, rien de plus, rien de moins. Le cliché de la trappe, nous sommes nombreux à y avoir pensé, comme ça serait commode ! Oui mais voilà, dans la vraie vie, cela n’existe pas. C’est, en somme, la raison d’être de cette publication."


 Oliver Bridgetown - Tome 1 Derrière le mur d'illusions, de Fabien Hallopeau, Michel LAFON, 2022.

Après des siècles de chaos, le tout-puissant Hégémonium fait régner l'ordre, la censure et la terreur au sein du Royaume d'Anglie. Le jour où Oliver, orphelin de quatorze ans, découvre dans une librairie un livre interdit par le pouvoir en place, son existence bascule.

 

Comme un coeur posé sur la mer, de Gabrielle Blanchout, auto-édité, 2021.

Le jour où elle réussit à quitter son compagnon violent, Hannah perd son travail dans une librairie parisienne. Quand elle tombe sur une petite annonce pour un poste de six mois comme libraire sur l’île de Groix, elle croit tenir la solution à tous ses problèmes. Gabrielle Blanchout, trace le portrait tout en délicatesse d’une femme qui ne veut plus subir et qui résiste pour faire changer la honte de camp.

 

Yosh, Bill, et les autres, de Odile Cossard, L’Harmattan, 2021.

Un chien gît sur une pelouse. Mort. L'enquête s'ouvre. Que s'est-il passé ? Tout au long de ce fil rouge, Yosh, Bill et les autres, personnages originaux, décalés, vont être amenés à se croiser, se frotter, se découvrir et à s'affranchir, à faire vivre avec bonheur leur intériorité, leurs sentiments et leur grain de folie. Ce texte donne à la différence le goût sucré de la liberté et de l'humanité.

 

La force des célibataires, de Chrysoline Brabant, éditions Emmanuel, 2022.

Fruit d’une longue expérience d’accompagnement, ce livre rejoint les enjeux concrets des célibataires : mieux se connaître, se (re)connecter à son corps, accueillir sa lumière et ses ombres, habiter le présent, réaliser ses désirs, s’affirmer, se donner… Chaque thème est suivi de questions percutantes et décalées, qui aideront le lecteur à renouer avec sa source intérieure et à devenir pleinement l’auteur de sa vie.

 

Les oiselles sauvages, de Pauline Gonthier, Julliard, 2021.

À cinquante ans d'intervalle, le destin croisé de deux femmes : l'une, dans les années 70, milite pour le droit à l'avortement ; l'autre, de nos jours, ni politisée ni militante, découvre son homosexualité et s'interroge sur la possibilité d'être mère. Avec ce premier roman au croisement de l'intime et du politique, Pauline Gonthier entremêle deux trajectoires de femmes qui retracent l'évolution des luttes féministes depuis cinquante ans

 

Beurre breton et sucre afghan, de Anne Rehbinder, Actes Sud Junior, 2021.

D’une amitié va naître de grands bouleversements... Une fable contemporaine, humaniste et sociale d'une primo-romancière.

 

L’Orchestration, de Tanguy Confavreux, édition Mercileslivres, 2021.

L’Orchestration mêle voyage, enquête et anticipation au sein d’un grand roman d’aventure à plusieurs voix. L’auteur y questionne les frontières culturelles et nos usages de la technologie.

 

Mal de mère, de Marie-Françoise Rabin, Publishroom, 2018.

Découvrez le témoignage bouleversant d'une famille presque ordinaire, où les femmes se battent jusqu'au bout pour accéder à une seule chose : le bonheur.

 

Un le matin, un le soir, de Brigitte Peeters, L’Harmattan, 2021.

Un le matin, un le soir est l'histoire de la réinvention d'une femme entre présent et passé, drames et passions, racontée avec humour et tendresse.

 

Les Mèreveilleuses, de Nathalie Longevial, Lemart éditions, 2020.

Mère de quatre enfants dont un né en Asie, l’autrice nous offre ici, dans une plume poétique et fluide, un roman intimiste sur le long et chaotique chemin qu'entreprennent certains parents pour le devenir.

 

Toute la violence du monde, de Viviane Guini, Librinova, 2020.

Paris 1972. Aurore Lazare a vingt ans lorsqu’elle décide de claquer la porte de son passé. Sa quête obstinée, douloureuse, la mène tout droit au cœur de secrets de famille soigneusement enfouis, là où son histoire personnelle, incompréhensible pour elle, se heurte aux soubresauts de l’époque.

 

Sept, de Meriem Raïss, édition Bonbon, 2021.

Sept récits, plus un, sur les mouvements et la trajectoire de l’âme de Violette, à travers ses sensations et émotions au creux des relations amoureuses. Des récits éphémères pour témoigner d’une sensibilité à fleur d’âme, de peau et de sens.

 

La jongleuse, de Jessica Knossow, Denoël, 2021.

A travers le parcours d’Ophélie, mère tragique tiraillée entre souffrances intimes et désir d’excellence, se dessine le portrait saisissant d’une femme des temps modernes.

 

Fragments, de Britany Lefebvre, Frison-Roche Belles-Lettres, 2021

Cette perle se lit comme on ferait un voyage ou une balade. Il retrace à travers ses différentes thématiques les épreuves et expériences de trois années de vie à Paris, ainsi que le cheminement spirituel qui en découle. Un recueil d’une finesse remarquable : une forme originale pour chaque poème, un fond d’une douceur bouleversante.

 

Scission d'un songe, de Ausência Leal, Librinova, 2021

Dans sa perception troublée, comme la vision exclusive de l'auteure née aveugle qui a progressivement perçu la poésie du monde dans le scintillement d'une flaque, le ruissellement des larmes, l'eau coule le long du rêve d'Antoine et Ama, entre souvenirs déformés, présent imaginé et réalité onirique, entre obscurité, pénombre, contre-jour et éblouissement, entre Paris et Porto, où leurs vies s'enchevêtrent de manière inconsciente sur le lit des fleuves, des canaux, des rivières, et jusqu'à l'océan Atlantique où ils retrouvent enfin leurs vraies natures. 

 

Les traversées de Dorothy Parker, de Camille Dancy, Prisma éditions, 2020

Le temps d'une traversée, une approche sensible et juste de Dorothy Parker, poétesse, artiste bientôt maudite et reine du New York des écrivains

 

Une danse sous la pluie, de Magali Soligny, Arts en Mots, 2021

Louise reçoit un appel, un coup de téléphone qui va bouleverser toute son existence ! Elle n'avait pas envisagé ça dans son plan de vie, tout explose autour d'elle. Au travers de son parcours, elle va rencontrer Hannah, qui termine son chemin dans la maladie et croiser un étrange inconnu, qui pourrait bien bousculer toutes ses certitudes. Louise part à la découverte d'elle-même et du bonheur dans cette étrange odyssée.

 

Nomade, le meilleur endroit du monde, de Anna-Livia Marchionni, éditions Maïa, 

C'est à cause de Maxim, c'est ça ? demande Lounia, irritée. C'est ce qu'il t'a dit l'autre soir ; maintenant, tu veux vérifier ton hypothèse, que tout le monde devine, et voir leur réaction... Devine quoi ? Que tu es lesbienne. Parce que maintenant, c'est évident, même pour les novices. A moins qu'ils croient que tu as l'intention de changer de sexe.

 

Éloge de la prospective, de Jacques De Courson, L’Harmattan, 2020

Comment anticiper sur ce qui vient et dont personne ne sait rien ? Est-ce si important de savoir, ou au moins d'essayer de savoir, quelque chose en cette matière ? En quoi consiste la prospective, la discipline intellectuelle qui s'intéresse au futur ? Est-elle l'inverse de l'histoire qui ne se soucie que du passé ? Peut-on se passer de penser le futur ? 

 

Dictionnaire insolite des Pays-Bas, de Céline L’Hostis, Cosmopole, 2020. 

L’autrice dessine les singularités d'une nation pragmatique et innovante.

 

Le Stradivarius de Goebbels, de Yoann Iacono, Slatkine & Cie, 2021.

Le roman vrai de Nejiko Suwa, jeune virtuose japonaise à qui Joseph Goebbels offre un Stradivarius à Berlin en 1943, au nom du rapprochement entre l'Allemagne nazie et l'Empire du Japon.

 

La Gamine de Koléa, de Jacqueline Ayrault, Librinova, 2020.

Dans ce roman captivant qui vous emportera dans l’Algérie d’avant 1930, Catherine, femme de passions et d’émotions, défend sans relâche son droit au bonheur, dans un monde appelé à disparaître.

 

Et les Beatles chantaient, de Sarah Bell, éditions Annick Jubien, 2020.

Sarah Bell nous emmène des deux côtés de la Manche avec en bande son les musiques qui accompagnent une femme résolue à refuser le poids des mauvais départs.

 

Le Petit Peuple des nuages, de Charlotte Monégier, Lunatique, 2020.

Qu’importe sa composition, qu’importent les sentiments que nourrissent les uns pour les autres ses membres, la famille est au cœur du Petit Peuple des nuages : déchirée, en deuil, recomposée, absente, éclatée, étouffante, perdue ou encore farfelue, la famille s’impose, omniprésente, prégnante, comme dans nos propres vies de lecteurs.Et justement, est-ce que renouer avec cette part d’enfance n’aiderait à grandir, à devenir adulte ?

De la même autrice : 

Voyage(s), 2021. 

Recueil de poèmes en vers libres écrits par l'auteure au fil de ses voyages à travers le monde, et qui évoquent le lointain, l'altérité, les départs et les parcours.

Elle et Lui, 2022.

Un homme et une femme se racontent et se confient, dans un dialogue intemporel : celui des langues mêlées, de rose et de noir, et des corps séparés par la pluie des temps. Il paraît que l’amour est ringard, qu’il traîne un peu des pieds pour se dire et détonner - Charlotte, elle cela lui plaît d’en écrire des vers, au gré des bouches et des gestes, réels ou inventés.

 

Dites non à une voie toute tracée, de Anna Coutton, Kiwi, 2020.

Après 5 ans d’études, 5 entreprises et 5 bullshit jobs qui l’ennuyaient à mourir, une pause dans le square en face de son bureau lui a fait prendre conscience qu’elle n’était pas à sa place et l’a incitée à se demander ce qu’elle voulait vraiment faire de sa vie. Elle a alors quitté son poste pour partir faire le tour… d’elle-même. Sans le savoir, elle a commencé un marathon, celui de sa reconversion.

 

Ceux qui traversent la mer reviennent toujours à pied, de Marine Veith, Sarbacane, 2020.

Une revigorante aventure en pleine mer, qui met deux gentils marlous du Midi et une migrante aux prises avec les plus dangereux truands de la planète !


Neuf mois, neuf jours, de Pauline Lavaud, Fayard, 2021.

De la pire douleur qu’on puisse ressentir, la perte d’un enfant, Pauline Lavaud a tiré un récit solaire. L’émotion est présente à toutes les pages, mais a finalement pour effet de rendre toute sa vigueur à l’idée que oui, la vie est toujours un miracle.

Retrouvez son interview sur France Inter avec Léa Salamé ici

“Je l'ai d'abord écrit parce que j'avais fait une promesse à Elias : quand j'ai compris qu'il n'allait pas vivre, je lui ai promis que sa vie, qui a été très courte et très douloureuse, il en resterait quelque chose".

Factice, de Hanna Anhtony, Kiwi, 2021.

Au temps des réseaux sociaux et de leurs dérives, un récit de l’amour 2.0 et de la solitude connectée.

 

La vie en confettis, de Hélène Vergé, Robert Laffont, 2019.

Portée par une jeune héroïne formidable, une ode à la fin de l'enfance, ses déchirements et ses flamboiements.

 

Tout n’est pas si fragile, de Alice Sirera, Sable Polaire, 2020.

"Parce qu'au début, j'aimais simplement observer nos joies, nos peines, nos incompréhensions, analyser nos codes, palper les fractures des uns et des autres. Touchée par nos différentes mélancolies, j'ai voulu les dépeindre. J'ai choisi quatre personnages : Inès, Julie, Laura & Antoine. A la première personne. Ils ont la trentaine et vivent entre Paris et la région bordelaise. Ils ignorent qu'ils sont liés... Tout n'est pas si fragile est mon premier roman. Au plus près du réel, j'ai voulu dessiner ma génération. Ce que j'ai décrit, c'est ce que j'ai vu, ce que j'ai ressenti, ce sont les autres et moi."

 

Viande, de Noëlle Michel, Lilys édition, 2020.

Dévastée par l’annonce du décès de sa meilleure amie, Lisa tente d’élucider les circonstances mystérieuses de sa disparition. Des égouts de Paris aux enclos de l’élevage intensif de Beaumont, la jeune journaliste mène l’enquête avec entêtement... avant de basculer dans l’horreur.

 

L’autre chambre, de Diane Smith, Envolume, 2019.

Une chambre. Deux femmes. Entre elles un homme… Deux héroïnes shakespeariennes au 21e siècle. Marine, 36 ans, cherche un homme pour sa première nuit. Ondine, 19 ans, danse dans un bar pour gagner sa vie.


Peau à peau, de Héloïse des Monstiers, Buchet Chastel, 2022.

Peau à peau raconte un long combat pour la vie, où chaque jour qui passe est un jour de gagné. Grâce à des rencontres exceptionnelles, ce couple dans la tourmente découvre que les grandes victoires sont les plus petites, celles qui se gagnent au fur et à mesure et avec beaucoup d’amour.


Ménopausée et libres !, de Sophie Kune, Marabout, 2022

Découvrez aussi son compte Instagram @menopause.stories 

Retraçant l’origine du terme – né sous la plume de Charles de Gardanne en 1821 – interrogeant des spécialistes, partageant son  expérience  et ses réflexions, l’autrice mène l’enquête. Elle décortique  les impacts physiologiques, psychologiques, sexuels et professionnels  de la ménopause, déconstruit les archétypes et propose de changer de regard. La ménopause quitte alors le cadran rationnel  – et souvent terrifiant – dans lequel on l’a placée pour devenir touchante, vibrante, parfois drôle.


Les dernières heures du monde d'avant, de Cédric Simonin, éditions Erik Bonnier, 2022

Ce roman retrace la dernière journée de l’archiduc d’Autriche François-Ferdinand, dont l’assassinat à Sarajevo le 28 juin 1914 fut un des marqueurs qui déclencha la Première Guerre mondiale et est présenté comme l’acte de naissance du XXe siècle.



Des podcasts ont aussi vus le jour après nos ateliers dédiés :

 

La Cantine des Âmes, de Lou Mamalet

Dans ce monde imprévisible et incertain, la cantine des âmes partage les recettes personnelles de ceux qui essaient d'y donner du sens.

 

narcoleptica, de Tania Sanchez Yanez

Le podcast qui aide les insomniaques à s'endormir.


●●●●●●

De nombreux romans, nouvelles, recueils de poésie, podcast, films, etc. écrits par nos élèves sont à paraître prochainement !