Assez parlé, notre podcast

“Écrire” : un acte divin, ineffable, inspiré ? À l’école d’écriture Les Mots, on considère que l’écriture s’exerce, se raconte, se transmet, se chante, se dit, s’écrie.

Dans le podcastAssez parlé”, on veut entendre les écrivains nous raconter leur quotidien et nous donner envie d’écrire. Le mythe de l’écrivain silencieux, on en a assez parlé. Aujourd’hui, ce sont eux que nous voulons entendre. Non pas les écrivains fantasmés, mais ceux que nous croisons dans nos ateliers d’écriture tous les jours et qui - on vous le promet ! - adorent bavarder pendant des heures en répondant aux questions qu’on ne leur pose jamais.

Comment écrivent-ils ? Pourquoi ? À qui ? Depuis quand ? À quelle heure s’y mettent-ils ? À quel endroit ? À quoi ressemble leur livre avant d’être un livre ? Quelles voix tournent dans leur tête au moment où ils se mettent à leur table de travail ? Et comment ces voix, ces mots qui se bousculent dans leur cerveau deviennent-ils des histoires, récits, des nouvelles, des scénarios ? Comment ont-ils débuté ? Continué ? Quelles ont été leurs plus grandes difficultés ?


Retrouvez tous nos épisodes :

Épisode 1 : Arrêtez de faire de l'écriture, écrivez avec Elsa Flageul, qui nous motive et qui nous livre LE conseil d'éditrice qui a changé sa vie.

Épisode 2 : Observer puis écrire avec David Thomas, dans lequel il nous raconte la première fois où il s'est senti devenir écrivain après avoir rédigé l'équivalent d'un livre entier de lettres d'amour à sa petite amie de l'époque !

Épisode 3 : Écrire c'est comme se jeter dans un bain glacé avec Philippe Honoré, qui nous raconte son amour pour l'écriture théâtrale et romanesque, mais aussi LA grande différence.

Épisode 4 : Écrire sur le désir avec Emma Becker, qui revient sur ses pas d'écrivaine, sur son livre "La Maison", ainsi que sur l'art et la manière d'écrire le désir.

Épisode 5 : Se libérer dans son écriture avec Frédéric Ciriez, qui se confie ici sur ses premiers pas d’écrivain, sa première déception et raconte quelle a été sa clé personnelle pour se “libérer” dans son écriture.

Épisode 6 : Écrire, un plaisir d'enfant ! avec Jessica Nelson, qui nous partage le plaisir d’enfant avec lequel elle aborde l’écriture, mais elle les difficultés, les blocages, les refus d’éditeurs qui lui ont permis de se construire et d’apprendre à écrire.

Épisode 7 : Ne jamais renoncer à sa création, avec Diane Brasseur qui revient sur les petits et grands plaisirs de l'écriture qui l'ont amenée à devenir romancière.

Épisode 8 : Écrire dans le désordre avec Julien Blanc-Gras, écrivain-voyageur qui traverse les latitudes et plaide pour une écriture en toute liberté.

Épisode hors-série en confinement, nos auteurs se livrent sur la façon dont la quarantaine a changé leurs habitudes d'écriture.

Épisode 9 : Quand l'écriture s'installe dans notre vie avec Constance Joly-Girard, qui nous montre que l’écriture peut s’installer dans notre vie, sans effort de discipline ni cérémonie et trouver une place qu’on n’a jamais cherché à lui assigner.

Épisode 10 : La paternité en littérature avec Alexandre Lacroix, co-fondateur de l'école Les Mots, revient sur l’importance centrale dans sa vie de son rapport à la paternité ainsi que son rapport quotidien à l’écriture depuis l’âge de 6 ans. Une histoire qui ressemble à une fable.

Épisode 11 : Le défi d'écrire long avec Claudine Londre, qui revient sur son enfance, sa passion précoce pour la poésie, raconte toutes les étapes, lectures, expériences et rencontres qui l’ont encouragée à oser l’impossible pour elle, à savoir écrire un roman.

Épisode 12 : L'artisan de l'écriture avec Martin Winckler, qui raconte son premier souvenir d’écriture à 10 ans, son rapport particulier aux journaux intimes et surtout la façon dont il a découvert, vers l’âge de 18 ans, “ses” vocations : la médecine, l’engagement politique et l’écriture.

Épisode 13 : Remuer ses émotions pour écrire avec Olivia Elkaim, qui raconte la difficulté d'être une femme, mère et écrivaine à la fois : ce qui se révèle être le fil rouge de toute son œuvre. Elle nous fait rentrer dans son univers peuplé de personnages historiques, profonds et joyeux et elle ouvre les secrets de création de ses romans et en particulier du tout dernier, le plus personnel de tous, "Le tailleur de Relizane" (Stock, 2020).

Épisode 14 : Raconter une histoire, un métier ? Rencontre avec une éditrice  avec Marie Eugène, qui nous fait vivre, avec passion et émerveillement, toutes les étapes de son initiation au métier d'éditrice.

Épisode 15 : Écrire, c'est mettre de l'ordre dans ses idée avec Marie Robert, qui parle de sa passion pour l'enfance, nous fait revivre son émerveillement pour la philosophie au moment des premières dissertations, nous dit à quel point il est important pour elle de passer de l’oralité à l’écrit, de l’échange d’idées, d’énergie et de rires à la concentration solitaire qui permet de ne pas “trahir sa pensée”.

Épisode 16 : Toucher à son manuscrit tous les jours avec Lionel Davoust, qui raconte la première fois qu’il a été fasciné par le pouvoir magique de l’écriture. Il revient sur toutes les embûches qui, adolescent, l’ont empêché de retrouver ce super-pouvoir auquel il avait goûté dans l’enfance. Et surtout, il partage avec nous quelques uns des outils, découverts au fil de ses recherches et rencontres, qui lui ont permis de renouer avec cette passion et d’en faire son métier.

Épisode 17 : Ces détails qui composent son quotidien de romancière avec Agnès Michaux, qui se dévoile par bribes, en commençant par révéler les détails -en apparence anecdotiques mais essentiels- qui composent son quotidien : ses grigris, ses rituels, ses superstitions. Habitée par son roman en cours, elle nous invite progressivement à entrer dans son oeuvre en ouvrant devant nous le grand album de famille des personnages qui la compose et qui renferme ses secrets de fabrication !

Épisode 18 : Trembler à chaque ligne avec Geneviève Brisac, qui révèle les blessures de son enfance, la difficulté de “montrer” ce qu’elle écrivait. Elle rend hommage à toutes les écrivaines qui l’ont entourée, accompagnée - Virginia Woolf, Marina Tsvetaïeva, Flannery O'Connor - qui l’ont aidée à chercher une “phrase souple, drôle, mélancolique” dans laquelle elle se sentait elle-même. 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. Souhaitez-vous accepter l'utilisation des cookies ?OuiContinuer sans accepterEn savoir plus