ATELIER

Écrire à partir d'une correspondance

30sept.- 16déc.
PRIX
  • Forfait 9 séances : 380 € *
  • Paiement en 3 fois : 126 €
COURS
7 séances de 2h et 2 séances de 3h
Participants max : 15
PROGRAMME
  • Dimanche30 sept.16h15 - 19h15
  • Dimanche14 oct.16h15 - 18h15
  • Dimanche04 nov.16h15 - 18h15
  • Dimanche11 nov.16h15 - 18h15
  • Dimanche18 nov.16h15 - 18h15
  • Dimanche25 nov.16h15 - 18h15
  • Dimanche02 déc.16h15 - 18h15
  • Dimanche09 déc.16h15 - 18h15
  • Dimanche16 déc.16h15 - 19h15
* 10 % de réduction pour les étudiants et les personnes au chômage.

PRÉSENTATION

Cet atelier exclusif est proposé par "Les Mots" et "Des Lettres", qui s'associent, au-delà de la belle alliance sonore, pour inviter leurs lecteurs à devenir épistoliers, à attraper leurs plumes et leurs cahiers, pour aller au bout de leurs lettres inachevées ou faire revivre leurs vieux cartons de courriers. Sous la tutelle de Diane Brasseur, les lecteurs sont appelés à créer le patrimoine épistolaire de demain !


Écrire à partir d'une correspondance :

Il y a deux ans, j’ai retrouvé la correspondance d’un membre de ma famille mort quelques années avant ma naissance. Deux gros classeurs verts datés de 1942 à 1943 et de 1944 à 1946. Trois lettres par semaine pendant cinq ans, écrites à l’encre bleue, barrées par la censure. Chacune compte huit cent mots. Parmi elles se sont glissés des schémas, des photos et quelques fleurs séchées.

Je connaissais l’existence de ces lettres mais ni mon père, ni ma mère, ni mes sœurs ne savaient où elles se trouvaient. Toute la famille a cherché dans les cafoutches, les caves, et dans les greniers.

Je les croyais perdues.

Alors que j’étais en tournage, j’ai reçu un texto de ma mère, bref comme un télégramme : « avons trouvé les lettres de B. »

Je ne pensais pas que cette découverte susciterait chez moi une telle émotion. Je savais que de ces lettres je voulais faire quelque chose.

Oui mais quoi ?

Nous sommes plusieurs à posséder des écrits de nos grands-parents ou arrières grands-parents, d’oncles, de tantes, de cousins éloignés. Leurs témoignages sont nos trésors. Comment raconter une histoire à partir d’une correspondance ou d’un journal intime ? Quel point de vue adopter ? Comment trouver le bon ton ? Que faire de cette masse d’informations ? Que faut il garder, que faut-il ellipser ? Comment intégrer une lettre ou un fragment de journal intime dans la narration ? Comment transformer une lettre en une scène ?

Pour tenter de répondre à ces questions et surtout pour écrire, j’ai élaboré cet atelier à partir de mon expérience.

Chaque participant arrivera avec sa correspondance et au bout des 10 sessions, partira avec un projet d’écriture amorcé.


8 participants minimum / 15 participants maximum


Attention !

  • La première et la dernière séances durent 3 heures, 16h15 à 19h15.
  • Veillez à avoir lu votre correspondance avant le début de l'atelier.


Les écrivains-enseignants :

Diane Brasseur

Diane Brasseur est née en 1980, elle a grandi à Strasbourg. Après des études de cinéma, elle devient scripte et tourne, entre autres, avec Olivier Marchal, Abd Al Malik, Nicolas Bedos et Valérie Lemercier. Elle habite à Paris. Les Fidélités, (Allary éditions 2014) son premier roman a été traduit en neuf langues. Son dernier roman paru est, Je ne veux pas d’une passion, (Allary éditions 2015).

Des Lettres

DesLettres, premier site consacré au genre épistolaire en français, est né en 2013 d’un simple constat : la correspondance, qui regorge de bijoux littéraires , témoignages historiques et autres perles, demeure bien souvent négligée et perdue dans les bibliothèques ou fonds d’archives. Véritable creuset de l’intimité et de l’émotion , elle est pourtant d’une richesse inouïe, unique dans la littérature, couvre le spectre complet des situations humaines et contient la totalité de l’expérience individuelle — amours, exil, conflits et nœuds de l’Histoire... rien n’est étranger à la correspondance.

Éditeur natif du web, DesLettres vole depuis des années de ville en ville pour faire découvrir son patrimoine aux lecteurs nomades, s'adaptant aux pratiques des réseaux sociaux et aux temps de lecture brefs et morcelés. Tous les jours, nous éclairons l’actualité calendaire, politique et culturelle, par des lettres d'écrivains, d'artistes, inédites ou oubliées : une invitation à (re)découvrir la grandeur du genre épistolaire, à lire notre temps dans une autre perspective et à s’ouvrir à des époques, des personnages ou thématiques peu familiers.

Le moment est venu pour lui de faire escale dans un lieu "réel" pour réunir ses lecteurs "en vrai". DesLettres s'associe aujourd'hui aux Mots pour, au-delà de la belle alliance sonore, inviter ses lecteurs à devenir épistoliers, à attraper leurs plumes et leurs cahiers, pour aller au bout de leurs lettres inachevées ou faire revivre leurs vieux cartons de courriers. Sous la tutelle d'écrivains, les lecteurs sont appelés à créer le patrimoine épistolaire de demain.