ATELIER DÉCOUVERTE

Atelier découverte : Écrire une scène avec Agatha Christie

12sept.- 12sept.
PRIX
  • Forfait 1 séance : 30 € *
COURS
1 séance de 2h
Participants max : 10
PROGRAMME
  • Samedi12 sept.09h30 - 11h30

PRÉSENTATION

Cet atelier-découverte se tient à l’occasion des Portes ouvertes de l’école d’écriture Les Mots, du 7 au 12 septembre 2020. Pendant une semaine, venez découvrir notre école au travers d’événements variés : des ateliers d’écriture, bien sûr, des rencontres et des conférences littéraires, une scène ouverte, un café philo... Pour en savoir plus, cliquez ICI.


Écrire une scène avec Agatha Christie


La mise en scène, au sens littéral, est au cœur du métier de l’écrivain, qui consiste à transformer un matériau (idée, faits, impression, événement, détail, rencontre…) en une, ou plusieurs scènes. Une technique précise concourt à cette pratique même si celle-ci nous vient souvent spontanément. Les outils de l’écriture servent surtout à cadrer le texte et le (re)mettre d’aplomb quand on le sent, à la relecture, chaotique. 

Que vient faire Christie dans l’affaire ? Ça n’est pas pour le crime que je propose de convier l’écrivaine à cet atelier, mais, d’abord, parce que la contrainte du genre qui était le sien, le roman à énigme, l’obligeait à structurer ses textes, une exigence qui la range de facto du côté des « écrivains du bâtiment » pour reprendre la terminologie d’Hemingway, qui soulignait par-là l’importance de la charpente scripturale. Au détail près. « Le Diable se niche dans les détails », écrivait Nietzsche. Pour Christie, c’est doublement vrai. 

Ensuite, la Reine du crime maîtrisait parfaitement la notion d’atmosphère, un des éléments les plus ardus à travailler quand on écrit une scène. Christie avait sa façon bien à elle de charger ses textes d’une ambiance tendue à la fois rassurante et angoissante ; elle illustrait à la lettre le concept d’« Unheimlich » inventé par Freud (ou « Inquiétante étrangeté »), qui veut que des choses familières, sympathiques et habituelles depuis longtemps, mais qui recèlent en même temps un caractère secret, se font troublantes et inquiétantes. Littérairement parlant, c’est le sous-texte : il s’agit d’induire, sans l’écrire explicitement, que la situation est autre que ce qu’elle paraît être. 

Enfin je suis en pleine écriture d’un essai sur Agatha Christie. Je m’endors et me réveille avec cette immense auteure… longtemps décriée, à tort évidemment. Je ne vis plus que dans le soupçon, la surinterprétation, le discours à double entente et la banalité du mal… Un enchantement ! Je serai heureuse de le partager avec vous.  


10 participants maximum


Si vous souhaitez participer à un atelier avec Sonia Feertchak dans son intégralité, sachez que l'atelier "Oser se lancer dans l'écriture" en 15 séances débutera le mardi 29 septembre. N'hésitez pas à vous inscrire ici.

L’écrivain(e) :

Sonia Feertchak

Née en 1974, Sonia Feertchak s’est consacrée à l’écriture à plein temps en 2002 suite à la publication de L’Encyclo des filles (Plon puis Gründ), un long-seller destiné aux adolescentes et illustré par Catel Muller, actualisé chaque année jusqu’à 2017 et traduit dans une dizaine de pays. Depuis elle interroge la place des femmes, et le féminin « là où ça tiraille ». Elle a ainsi publié un roman, Popote (Plon, 2004), un Manuel d’autodéfense féministe (Plon, 2007) et deux essais, Ma fille, conseils aux mères d’ados (Plon, 2010) et Les femmes s’emmerdent au lit. Le désir à l’épreuve du féminisme et de la pornographie (Albin Michel, 2015). Sonia est également auteure de nouvelles pour la jeunesse et, en tant qu’éditrice, elle a créé, chez Plon, la collection des Encyclos. Elle collabore régulièrement aux Hors-Série de Philosophie Magazine. 


À propos des Mots : « Assurément il se passe quelque chose aux Mots ; c’est tout bête mais je crois qu’on s’y sent vivant. »