ATELIER À DISTANCE

S'initier à l'écriture du fantastique

16avr.- 04juin
PRIX
  • Forfait 8 séances : 425 €
  • Paiement en 3 fois : 142 €
COURS
Rencontre en visioconférence avec l'auteure le jeudi 15 avril à 18h
Participants max : 20
PROGRAMME
    Un exercice chaque vendredi du 16 avril au 18 juin

PRÉSENTATION

La peur, l’angoisse, le surnaturel, l’étrange… ce sont des notions auxquels chacun-e appose sa définition personnelle, tant les dynamiques qui soutiennent ce genre de récit renvoient à l’intime, à un cheminement qui nous est propre. Un peu comme l’écriture de la chair ou du désir, l’écriture de l’horreur ou du fantastique met l’écrivain-e face à ses propres démons: il lui faut les définir, se les approprier, les incarner et les donner à voir et à ressentir à ses lecteur-ices. Écrire le fantastique, c’est s’attacher à dire l’indicible. Décrire nos frissons, c’est les transformer en éclats de rire, en jouissance d’écriture: incarner le cauchemar sans l’amoindrir, ou, pour schématiser, se libérer de son cauchemar pour en contaminer le lecteur. Si la composition d’un récit fantastique puise dans l’intime, sa construction, pour qu’elle soit efficace, comporte un certain nombre de règles: comment poser le décor, le cadre où s’épanouiront les personnages ? Comment élaborer un rythme propre à exprimer l’inquiétude, l’angoisse, l’horreur ? Vers quel lexique, quel vocabulaire se tourner ? Et surtout: comment faire pour que, dans cette transition de la pensée vers la mise en mots, le cauchemar que l’on essaie de faire partager au lecteur ne perde pas sa fulgurance ?

Pour cet atelier, je me propose de travailler avec vous sur les temps et les dynamiques de cette forme de récit si particulière. J’aimerais que nous effectuions un tour d’ensemble des différents genres que rassemble le fantastique, pour nous en inspirer, nous en dégager peut-être, en tout cas, pour mieux cerner, comprendre et exploiter les terreurs qui sont en nous, et les transformer en littérature. En m’appuyant sur les textes de grands auteurs du genre (HP Lovecraft, Edgar Allan Poe, Stephen King, Clive Barker, Arthur Machen, Oscar Wilde, E.T.A Hoffmann) ainsi que sur des consignes d’écriture libre, j’aimerais avec vous étudier les ficelles et les couleurs de ce genre si riche -parce que nos peurs disent de nous beaucoup plus que nos faiblesses, elles soulignent également nos sensibilités et nos forces. Mettre la peur en mots, c’est se reconnecter avec notre enfant intérieur et lui donner une voix puissante, inimitable; c’est également converser avec l’enfant présent dans le lecteur, et construire avec lui une profonde intimité. La peur, comme le désir, est une fascinante pulsion de vie en ceci qu’elle marche main dans la main avec la pulsion de mort; intéressons-nous à cet étrange couple, et tentons de donner forme à ce qu’il y a en nous de plus sombre, de plus reptilien. Osons enfin regarder sous notre lit, dans notre placard, dans nos caves sombres, dans l’inquiétant infini de la galaxie, afin de mieux nous regarder nous-mêmes, comme le disait gravement Friedrich Nietzsche: « si vous regardez longtemps au fond des abysses, les abysses voient au fond de vous ». 


Un atelier à distance, comment ça marche ?

C’est simple : chaque vendredi, vous recevez dans votre boite email un exercice d’écriture proposé par Emma. L’exercice, portant sur la prose et la narration, est à faire chez soi. Il s’agit donc d’un atelier où l’on écrit quand on veut, dans le train, tard la nuit, tôt le matin… mais en solitaire.

Le vendredi suivant, vous envoyez votre texte et Emma vous fait un retour personnalisé sur les points forts et les points faibles du texte, en vous donnant des conseils pour la suite. L’idée étant bien sûr de progresser… 

Par ailleurs, à travers une adresse dédiée liée, vous avez la liberté de partager vos textes avec les autres participants de l'atelier, lire les leurs, et rejoindre ainsi la petite communauté des «élèves» d'Emma.


Que dois-je encore avoir à l'esprit ?

Le jeudi 15 avril à 18h (heure de Paris), Emma donne rendez-vous à tous ses participants pour une rencontre, à distance, derrière l'écran, au cours de laquelle elle présentera en quelques mots sa thématique. Ce sera aussi l'occasion de répondre à vos questions et de faire connaissance. Vous recevrez toutes les infos pratiques suite à votre inscription.

Participer à un atelier à distance, c’est également intégrer la communauté Les Mots. Nous serons ravis de vous accueillir au 4 rue Dante, dans le 5ème arrondissement, si vous passez à Paris.



Ce cours est idéal pour vous si : 

  • - Vous aimez discuter et échanger librement,
  • - Vous avez envie de sortir de votre zone de confort et aimez l'inattendu ! 


Méthodologie :

  • - Cet atelier vous propose des exercices différents à chaque séance pour s'entraîner et découvrir.
  • - Cet atelier ne requiert pas d'arriver avec une histoire en tête ou des éléments narratifs déjà construits.


7 participants minimum* / 20 participants maximum

* L'atelier est assuré pour autant que ce minimum soit atteint. À défaut, vous seriez prévenu une semaine avant la première séance.

L’écrivain(e) :

Emma Becker

Emma Becker est née en 1988 dans les Hauts-de-Seine. Après un baccalauréat littéraire, elle étudie la psychologie à Paris V, avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Sa première publication prend la forme d’une nouvelle érotique parue en 2008 dans la revue Stupre. En 2011 elle publie Mr (Denoël) immédiatement remarqué par la critique et le public, traduit en 14 langues, suivi d’Alice en 2015 (Denoël). Elle vit aujourd’hui à Berlin, où elle a écrit son troisième roman, La Maison

Écoutez-la se livrer sur son rapport à l'écriture dans notre podcast Assez Parlé.

Photo © Pascal Ito