STAGE

Poésie : La mécanique du vers et ses articulations

14oct.- 15oct.
PRIX
  • Prix : 250 €*
  • Paiement en 2 fois : 125 €
COURS
4 séances de 3h
Participants max : 15
PROGRAMME
  • Samedi14 oct.10h00 - 13h00
  • Samedi14 oct.14h00 - 17h00
  • Dimanche15 oct.10h00 - 13h00
  • Dimanche15 oct.14h00 - 17h00
* 10 % de réduction pour les étudiants et les personnes au chômage.

PRÉSENTATION

Ce stage intensif de deux jours aura pour objectif de sensibiliser les participants à la question de la ligne, ou du vers, dans les écritures contemporaines, et d’amener chacun à en revisiter l’histoire et d’y inscrire son individualité propre, en souplesse et confiance.

On sait que ce qui peut paralyser la pratique de l’écriture est qu’il faudrait la « penser » avant même de l’inscrire. Le stage veillera, par des opérations internes de recyclage, centrées sur les ruines et les refondations, à ce que les participants se retrouvent d’emblée plongés dans la syntaxe, où ils liront l’autonomie de ce qu’ils visaient, et saisiront que rien ne peut advenir tant que le vers, ou la phrase, n’a pas puissamment organisé ses forces, ses accélérations et ses freins, dans un approfondissement de langue, qui, s’il est sincère, donc sans concession sur la forme, est ce qui fonde le seul exercice juste de la pensée. On ne craindra pas l’aventure supposée du non-sens, alors que précisément, la tension de la grammaire et du rythme est le meilleur moyen d’appréhender le réel à son juste chaos et d’y opposer le vrai sens du non-sens.

Samedi 14 octobre : 10h-13h / 14h-17h

Dimanche 15 octobre : 10h-13h / 14h-17h

7 participants minimum / 15 participants maximum

L’écrivain-enseignant :

Anne Portugal

Anne Portugal, poète et traductrice, a écrit une dizaine de livres, publiés pour la plupart aux éditions P.O.L., tels que De quoi faire un mur (1987), Le plus simple appareil (1992), définitif bob (2002) ou la formule flirt (2010), et aussi Voyer en l’air, l’Attente (2001), et les gens contents de se baigner, rup&rud/ l’attente » (2010), en parlant de salut public, lnk (2011). Elle a traduit "Paramour" de Stacy Doris, P.O.L. (2010), avec Caroline Dubois, et "Meddle English" de Caroline Bergvall, avec Abigail Lang et Vincent Broqua (à paraître en 2017) aux Presses du réel. Son dernier livre vient de paraître aux éditions P.O.L., Et comment nous voilà moins épais.

Anne Portugal s’intéresse à la syntaxe, ou plus précisément à la « fantaxe », en cherchant à produire des effets de déliaison, de sauts, d’accélération et de ralentissement. Elle s’amuse à déconstruire les lieux communs de la poésie. Dans la formule flirt, Anne Portugal associe la poésie au flirt et la définit comme « un art de ne pas y toucher ».