État d'ivresse, de Denis Michelis

État d’ivresse brosse le portrait d’une femme brisée qui, en s’abîmant dans l’alcool, se fait violence à elle-même. Mère d’un adolescent, en état d’ivresse du matin au soir, elle se trouve en errance permanente et dans un décalage absolu avec la réalité qui l’entoure. Épouse d’un homme absent, incapable d’admettre sa déchéance et plus encore de se confronter au monde réel, elle s’enferme dans sa bulle qui pourtant menace de lui éclater au nez.

C'est fin, drôle, dérangeant, presqu'insolent. Il faut quelques pages pour se plonger dans l'esprit paranoïaque de la mère de cet adolescent, ou pour s'y perdre plus précisément. Puis les pages se tournent, les chapitres, courts et rythmés, s'enchainent, et déjà le livre se ferme. Mais l'histoire, elle, continue de nous hanter.

Du Denis Michelis comme on l'aime, dans ses livres, comme dans ses ateliers !