Au bout du monde
Consigne : « Le bout du monde ».

Au bout du monde

Au bout du monde et de l’humanité,

Formes immobiles sur des journaux froissés

Regards de cendre et sourires édentés

Ils tendent la main depuis l’éternité


La rue marche en va-et-vient agités

Le trottoir dessine des contrées désertées

Le caniveau déborde de vies éparpillées

Le soleil fond dans les cris dispersés


Aurores boréales diluées dans les flaques

Arcs-en-ciel gris et moteurs qui claquent

Vapeurs d’ammoniaque et brouillard de laque

Espoirs déçus de voyages paradisiaques


La cacophonie s’insinue dans les bivouacs

La pluie joue la symphonie du cloaque

Le sang des gamelans a des reflets insomniaques

La poudre tinte et vole de sac en sac


De tous les âges et toutes nationalités

Fantômes errants au destin prisonnier

Ils dansent sur un fil prêt à se briser

Entre le bout du monde et de l’humanité