Largeportrait b3d7dbe9

Karim Miské

Romancier et réalisateur

Né en 1964, Karim Miské a publié en 2012 le roman Arab Jazz (éditions Viviane Hamy, grand prix de littérature policière 2012, prix du polar des lecteurs de Point 2015, traduit en neuf langues) suivi par un essai, N’appartenir (Viviane Hamy, 2015) et un roman graphique avec Antoine Silvestri, S’appartenir (Viviane Hamy, 2016). Il a réalisé de nombreux documentaires, dont la série Juifs et Musulmans (pour Arte, 2013).

TEXTES PUBLIÉS DANS LE CADRE DE SES ATELIERS

ANCIENS ATELIERS

Un roman policier, c’est d’abord une bonne histoire. Une histoire, généralement urbaine, grâce à laquelle, profitant de la rupture provoquée par le meurtre, on va révéler les failles de l’ordre social. Lors de ce week-end, nous écrirons à plusieurs mains une longue nouvelle racontant Paris aujourd’hui. À partir de quelques faits-div...

En savoir plus

Dans un roman policier, on révèle ce qui est caché. Et parfois, ce que l’on croit caché, est sous les yeux de tous, comme dans « La lettre volée » d’Edgar Allan Poe. Souvent, cette vérité, soi-disant cachée mais en réalité connue de chacun, est la violence des rapports sociaux. C’est vrai chez Conan Doyle ou Agatha Christie, ça l’est encore plus...

En savoir plus

Dans un roman policier, on révèle ce qui est caché. Et parfois, ce que l’on croit caché, est sous les yeux de tous, comme dans « La lettre volée » d’Edgar Allan Poe. Souvent, cette vérité, soi-disant cachée mais en réalité connue de chacun, est la violence des rapports sociaux. C’est vrai chez Conan Doyle ou Agatha Christie, ça l’est encore plus...

En savoir plus

Dans un roman policier, on révèle ce qui est caché. Et parfois, ce que l’on croit caché, est sous les yeux de tous, comme dans « La lettre volée » d’Edgar Allan Poe. Souvent, cette vérité, soi-disant cachée mais en réalité connue de chacun, est la violence des rapports sociaux. C’est vrai chez Conan Doyle ou Agatha Christie, ça l’est encore plus...

En savoir plus