Largeportrait 3a523ceb

Gilles Sebhan

Écrivain

Gilles Sebhan est écrivain et professeur dans un lycée de la région parisienne. En grande partie autobiographiques, ses quatre premiers romans sont, selon René de Ceccatty, « violents et érotiques, assez provocants, mais témoignent d’une vraie réflexion sur la sexualité, sur la criminalité, sur les générations » (Le Monde). En 2006, il publie La Dette (Gallimard), un récit dans lequel il s’interroge sur son père qui a porté l’étoile jaune pendant l’Occupation et a participé à la guerre d’Algérie dans l’armée française. 

Gilles Sebhan écrit également des récits biographiques sur des écrivains. En 2010, il choisit de rendre hommage à l’écrivain Tony Duvert, célébré dans les années 1970 avant de tomber dans le silence et l’isolement (Tony Duvert, l’enfant silencieux, Denoël). Il évoque de nouveau cette figure en 2015 dans un second ouvrage, Retour à Duvert, (Le Dilettante), vivement salué par la critique et sélectionné sur les listes du Renaudot, du Médicis et du Prix Décembre.

Depuis 2018, Gilles Sebhan a débuté aux éditions du Rouergue la publication d’un polar en série dont les deux premiers volumes, Cirque mort et La folie Tristan sont déjà sortis. Il est également l’auteur d’un récit biographique sur Stéphane Mandelbaum, artiste à l’honneur en 2019 dans une rétrospective au Centre Pompidou.

Crédit photo : Charles Guislain

ses ateliers

Dire «je» ou se fondre dans la multiplicité de personnages fictionnels? Se remémorer des souvenirs ou se fier à l’imaginaire pur? Écrire sa propre histoire ou en inventer une? Et si ce qui nous semble si opposé ne constituait que les deux faces d’une même pièce, s’il y avait en tout récit mémoriel un roman qui sommeille, dans tout roman un centr...

En savoir plus

On oublie parfois qu’il a fallu très longtemps pour que s’impose une littérature du moi. Dire «je» relevait de l’obscénité, de l’anti-universel, du contre Dieu. Avec la modernité et la naissance de l’individu, et plus récemment avec la multiplication de la parole personnelle, à travers les blogs et les réseaux sociaux, un certain discrédit a été...

En savoir plus

On oublie parfois qu’il a fallu très longtemps pour que s’impose une littérature du moi. Dire «je» relevait de l’obscénité, de l’anti-universel, du contre Dieu. Avec la modernité et la naissance de l’individu, et plus récemment avec la multiplication de la parole personnelle, à travers les blogs et les réseaux sociaux, un certain discrédit a été...

En savoir plus

Si on avait le temps, on l’écrirait ce roman. Si notre vie en valait la peine, on la commencerait cette autobiographie. Si on avait achevé son doctorat, on se permettrait de l’écrire cet essai.Cet atelier vous propose de reconsidérer les empêchements qui vous interdisent d’aboutir votre projet d’écriture, les difficultés qui ont surgi de façon i...

En savoir plus

On oublie parfois qu’il a fallu très longtemps pour que s’impose une littérature du moi. Dire «je» relevait de l’obscénité, de l’anti-universel, du contre Dieu. Avec la modernité et la naissance de l’individu, et plus récemment avec la multiplication de la parole personnelle, à travers les blogs et les réseaux sociaux, un certain discrédit a été...

En savoir plus

Dire «je» ou se fondre dans la multiplicité de personnages fictionnels? Se remémorer des souvenirs ou se fier à l’imaginaire pur? Écrire sa propre histoire ou en inventer une? Et si ce qui nous semble si opposé ne constituait que les deux faces d’une même pièce, s’il y avait en tout récit mémoriel un roman qui sommeille, dans tout roman un centr...

En savoir plus